Après avoir lu

21 juin 2021

Une scandaleuse affaire d’Anita Shreve – éditions Belfond

Anita Shreve

Janvier 2006. Etat de Vermont. Avery School est une école privée élitiste huppée qui offre un internat prestigieux au milieu des montagnes séparées par une vallée où coule une rivière. Cadre idyllique qui malheureusement deviendra le théâtre d’une histoire sordide au lourd bilan.

Mike Bordwin, directeur de l’établissement, se retrouve en début d’année en possession d’une cassette vidéo indécente glissée dans une enveloppe blanche. Celle-ci comporte des images compromettantes montrant les ébats de quatre  élèves : trois adolescents, ivres, et une jeune fille de quatorze ans.

Sous le choc, le proviseur n’identifie pas d’emblée les lieux de cette scène effroyable mais au bout de quelques minutes il comprend que le cauchemar de sa vie s’est déroulé dans le dortoir de son institut. Mike Bordwin fait alors face à une multitude de questions afin de savoir comment gérer cette grave situation : que faire ? appeler à l’aide ? dévoiler la scandaleuse affaire ? endiguer les évènements de peur que la presse ne soit alertée ? se faire discret afin d’éviter d’affecter la réputation de l’école ?

Ce roman de 332 pages alterne les points de vue, donnant ainsi la parole à une panoplie de personnes touchée directement ou indirectement par le scandale. Ainsi, le lecteur découvre la vision de certains professeurs, d’élèves impliqués ou témoins, parents d’élèves, entraineur de l’équipe de basket, journaliste, responsable de la cantine… L’autrice offre ainsi plusieurs versions des faits sur ce que peu considère comme un incident qu’on pourrait pardonner et d’autres comme un évènement traumatisant qui a jamais a marqué leur vie en entrainant des répercussions dramatiques sur leur avenir.  

Ce roman est un récit à plusieurs voix. Il dénonce le fléau de la consommation d’alcool dans un collège chic et montre comment une succession d’évènements peut conduire au pire. L’histoire met mal à l’aise en interrogeant sur la part de responsabilité des adolescents dans cette histoire. La fille étant mineure est une victime au regard de la loi mais la description des circonstances vient semer le doute dans la question du rôle des garçons. L’écriture est fluide, efficace, changeante selon les perspectives, agréable à lire mais surtout très factuelle.

Ça manque un peu de dialogues toutefois. J’ai lu ce roman dans le cadre des échanges de mon club de lecture. Merci Fred. Tu vois, ce livre a longtemps traîné sur mes étagères mais une fois commencé, je l’ai terminé très rapidement. Je ne m’attendais pas à ça. Du tout. Une découverte bouleversante.

Posté par Jenbreizh à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 juin 2021

Man from the south and others stories by Roald Dahl

Man from the south

In this collection of seven short stories, the first one is “Man from the south”. In each story, people’s lives are changed in some dramatic way and neither they nor the reader can guess what will happen to them until the end. Roald Dahl is considered to be the master of the unexpected because we always have to wait until the last final pages to discover the terrible twist.

Man from the south

The first story takes place in Jamaica. People are having fun in a lovely garden with plenty of chairs around a pool. There is a small old man, an English girl and an American sailor. The three of them start talking until the old man comes with a strange suggestion: “Shall we not make a little bet on whether your lighter lights ?”.

People commonly bet on horse racing, football matches or maybe presidential elections but a lighter ? So right from the start, the situation is funny because it’s unusual.  You’ll see that this story is not only based on that important object but also a Cadillac, a butcher’s knife and a piece of string. In what way these objects might be important to the plot?

I really enjoyed the first story because it has a nice summer feeling including tension all the way through. It also makes you think about why do people continue on betting even when they lose ?

Beware of the dog

The second story is about a British pilot in the Second World War. His plane has been hit and he has been injured. This story is about how he feels and the decisions he must make.

That was not my favourite. Strange things keep happening though and sometimes I was confused whether the narrator was dreaming or if it was just the reality. But the funny part is when we get to understand the meaning of the title.

The landlady

This story is about a landlady of a guesthouse. She lives in Bath. Billy Weaver is a seventeen year old boy and he is visiting this town because his boss at the Head office had told him it was a splendid city. He decides to stay in the guesthouse instead of a pub because it was amazibly cheap. The landlady is offering him a nice cup of tea and a warm welcoming smile. She’s asking him to sign the guest-book. He takes a pen, writes down his name and address. Suddenly, he’s noticing two names. Why do they sound familial to him ?

That was one brilliant ! Roadl Dahl is gradually building tension. There are some warning signs that Billy is in a dangerous situation, but he seems to ignore them even if the old lady appeared to be slightly crazy.

The vicar’s pleasure

A vicar is an ecclesiastical agent. But in that story, the vicar is not representing the Church of England. He’s only pretending to be a reverend and also the President of the Society for the preservation od Rare Furniture. His real name is Mr Boggis. He lives in London. He is a dealer in antique furniture, with his own shop. “The show wasn’t large,and generally he didn’t do a lot of business, but because he always bought cheap, very cheap and sold at very, very high prices, he managed to make quite a good profit every year.” Then on a particular Sunday, something incredible will happen to him in a dirty farm building in the middle of the countryside ?

I absolutely loved this story. So much that I read it twice, even listened to the audio version on line so I could really enjoy the details and see how Mr Boggis is succeeding in his aims.

Pig

Right from the start, the title is just intriguing. The story takes place in New York. Lexington’s parents are shot by the police because they are considered to be burglars. So when he was no more than twelve years old, little Lexington became an orphan. And so the baby Lexington left the city and travelled southwards to live with his Great Aunt Glosspan in the State of Virginia. In Aunt Glosspan’s home, he never eats meat. The old lady is teaching him how to cook and many years later, Lexington became a talented cook. Now, if you’d like to understand why the writer has chosen the title “Pig”, you’ll have to read it !

That one was great too ! I’ve always thought that short stories could be only based on a couple of hours, maybe days, or focusing on a specific moment but I was wrong. What I enjoyed here was the use of structures such as “seven years later”, or “ a couple of years later”.

An African story

The main character of this story lives far away from towns. An old man lives in the area of Kenyan Highlands and he tries to undersand who is stealing the mil from his cow.

This story made me think of the series of novels by Alexander Mc Call Smith set in Bostwana and I highly recommend her books. It’s just nice to read stories with lions, elephants, snakes, wild animals not just when we are kids.

The Champion of the world

This story is about people who are killing animals for food and pleasure. Gordon and Claud set out on their poaching expedition and their methods are crual. There are many conversations in this story showing that the two main characters are foolish and greedy. It was not my favourite, but this is what is all about when your read short stories. You might find some better than others and that’s fine. As long as you are still enjoy discovering people’s live through gifted and talented writers.

Posté par Jenbreizh à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2021

Le voyage à Paimpol de Dorothée Letessier – éditions Points

Le voyage a Paimpol

Maryvonne habite et travaille à Saint-Brieuc en Bretagne. Elle est ouvrière dans l’usine de Chaffoteaux spécialisée dans la métallurgie. Du jour au lendemain, elle décide de quitter le domicile conjugal. Avant de partir, elle laisse une courte note à l’attention de son mari sur la table de la cuisine. L’explication est brève : « J’étouffe, je vais prendre un bol d’air. A bientôt, je t’embrasse. Maryvonne. »

Maryvonne ressent le besoin de s’offrir une virée en solitaire. Comme le litre l’indique, elle entreprend « Le voyage à Paimpol. » Bien que la distance de 45 kilomètres semble dérisoire, la décision n’en est pas moins symbolique. Pour de multiples raisons, Maryvonne en a assez de tout. Tout d’abord, elle est épuisée physiquement et psychologiquement par les cadences effrénées de son rythme de travail. L’inconfort des positions, le bruit constant, les gestes répétitifs et monotones n’ont rien d’épanouissant.

A la maison, elle est tracassée par l’usure de son couple. Elle se sent invisible et désabusée. Elle s’impatiente avec son petit garçon de quatre ans et la monotonie des tâches quotidiennes l’accable. Bref…Maryvonne est rongée par un vague à l’âme oppressant. Une souffrance qui prend toute la place.  

Cette fugue va lui permettre de renouer avec de simples plaisirs : un voyage en autocar, la lecture d’un nouveau roman, une nouvelle coupe chez le coiffeur, une nuit d’hôtel, une ballade sur le port et dans les rues de Paimpol. Maryvonne aura-t-elle envie de rentrer suite à cette escapade imprévue ?

C’est la deuxième fois que je lis ce livre sans savoir à quand remonte exactement ma première découverte. Toutefois, si vous trainez vos guêtres sur les quelques pages de ce blog, vous aurez deviné que j’adore les narrations qui se passent en Bretagne.

Par contre prudence, il ne faut pas s’y méprendre :  la connotation du titre pourrait laisser entendre à de douces vacances au bord de la mer. Or, il s’agit d’un roman social publié en 1995 qui donne la parole à une femme ouvrière, tout simplement à bout de souffle. Il est important de préciser que l’autrice était employée dans cette usine donc elle s’est appuyée sur son expérience pour inventer le personnage de Maryvonne. Il y a chez cette femme une grande fragilité et une détresse profonde. Elle répète au fil des pages son désarroi en insistant sur l’absence de sens dans son travail et l’ennui dans sa vie personnelle. C’est un livre emblématique d’une époque mais en même temps cet air du temps est toujours réel. D’actualité.

J’ai été sensible à de nombreux détails qui m’ont transporté quelques années en arrière : la possibilité de fumer dans les cafés, les prix sont en francs, le langage comporte de nombreuses expressions maintenant désuètes, il n’y ni téléphones portables, ni internet et franchement ça fait du bien de passer du temps avec des personnages qui ne sont pas interrompus dans leurs élans ou leurs pensées par un message électronique.

Maryvonne goûte le temps de quelques heures le parfum de la liberté, la sensation d’une vie sans contraintes dans laquelle elle utilise son imagination et rappelle à quel point la lecture est importante pour elle.

Enfin, ce roman m’a beaucoup touché car il offre une magnifique éloge de la lecture. A son pouvoir d’évasion. A ses bienfaits. Je terminerai donc par dire que je me suis complètement identifiée à Maryvonne quand elle parle de son intérêt pour les livres :

"Avant de me mettre à lire, je respire l'odeur du papier, de l'encre, de la couverture glacée. Ce parfum d'imprimerie crée une atmosphère complice entre mon regard et la chose qui va se mettre à vivre. Je reconnais les éditions à leurs arômes délicats ou puissants. Lire est aussi un plaisir physique. Je sens un livre. J'écoute le bruit de ses pages. Je les palpe. J'aime regarder sans chercher à comprendre les lettres, les mots accolés, rythmés par leur longueur et leur espacement. Je contemple les paragraphes comme de petits tableaux, chacun a sa propre harmonie. Le livre prend son souffle dans l'arrangement de ses silences et je respire à son tempo. C'est un compagnon docile, s'il s'ouvre, quand je veux, à la page marquée et me faire taire. Nous cohabitons des heures, des jours, des semaines parfois et mes humeurs jouent sur les lignes.
Les derniers mots d'un livre sont à la fois une déchirure et un soulagement. Mon travail est achevé. Mais j'ai lu trop vite, je regrette que ce lien soit rompu. Et cet écrivain qui n'a plus rien à dire me déçoit. Impossible de relire, l'heureuse surprise ne se reproduira pas. J'ai été, une fois de plus, trompée, ma vie n'a pas changé. Tout de suite, je cherche un autre livre où accrocher mes mirages. Je suis l'héroïne d'une foule d'histoires inconnues.”

Un roman lucide sur la condition des femmes ouvrières, un titre sélectionné pour le prix Hyuro,  un style percutant, simple mais aussi poétique. Une ode à l’espoir de jours meilleurs.

Une doucee pensée pour cette autrice qui a quitté notre monde au mois d’août 2011. 

Posté par Jenbreizh à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juin 2021

Educated by Tara Westover

Educated

Tara Westover grew up in the mountains of Idaho, in a peaceful and undisturbed valley. The place is called Buck’s Peak. She is the youngest of a large family with seven children. She had been educated with the rhythms of the mountain, rhythms in which change was never fundamental, only cyclical. Her dad had some radical beliefs and because of this, all the family was isolated. Tara was not allowed to go to school or see a doctor if she was poorly. She could not go to the hospital even if she was suffering of a very bad injury. She did not have a birth certificate until she was nine years old. According to the federal government, she just did not exist.

This memoir tells about Tara’s parents : their way of life, their daily routine and their vision about education.  Her mother was an herbalist who became an unlicensed midwife for a hundred miles. Her dad thought his kids should learn more practical skills. He would constantly ask his children to help him in the junkyard.

Looking back at her childhood, Tara says page 46 how would she defines the concept of learning. “Learning in our family was entirely self-directed. You could learn anything you could teach yourself, after your work was done. Some of us were more disciplined about others.” It was sort of based on individual responsibility. When Tara was young, she could feel that this land was a perfect place for imagination but as she got older, she wanted to enroll in a public school.

By the age of sixteen, she decided to educate herself. She bought some algebra books and just basically taught herself, starting a new path of education without knowing that this would take her to Cambridge but also away from her family. She did not know at the time that this would require a lot of her ideas to change.

The book is divided into 40 chapters and three different parts. Right from the beginning, the writer says: “This story is not about Mormonism”. It’s the first thing she writes. Maybe she was concerned how people would see her book but for me it was clear that her dad has some extreme ideas about religion. He is a complicated character.

This book makes you think about education and home schooling. When Tara was young, she did not have much access to different points of views or histories, she had never heard of holocaust or civil right movements. When she finally had access to different perspectives, she got the opportunity to be surrounded by people would have different opinions on specific topics.

At many occasions, I felt sorry and sad for Tara because in her house there was also violence and many incidences about child abuse. With her own family, I felt like nobody could really see what was going on because they were really isolated. Later on, when she confronted her parents about some traumatic memories, they chose not to believe her.

Tara Westover used to write a journal when she was a teenager. She kept many details and conversations and being able to go back to her past did help her in the writing process of her first book. I think her writing style is based on facts and anecodtes but through her decisions we understand her feelings. Certain footnotes have been included to give a voice to memories that differ from her.

I had the opportunity to read this book thanks to a friend of mine who comes to my book club. This is one of the great thing about joining a book club :  it makes me read novels or a certain type of literature I would probably not have chosen. So I’m glad I read Educated because this story is about a quest for knowledge and on the top of that I really enjoyed her choices for some chapters names. 

Posté par Jenbreizh à 16:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2021

Café lecture matinal : épisode 11

Cafe livres

Dimanche 30 mai. 10 heures. Nous sommes bien matinales pour démarrer cette journée de repos. Les cafetiers sortent les tables pour mettre en place les terrasses. Le village se réveille timidement. Pour une fois, je suis la première. C’est assez inhabituel alors je m’installe, je prends mes aises, je sors les présentoirs de livres sur lesquels je mets en avant quelques romans. Je commande mon café puis arrivent mes copines : Karen, Fred, Jeanne, Ines, puis Aline un peu plus tard.

Avant de démarrer la séance classique du café lecture, je parle de la petite surprise que j’ai concocté pour ces passionnées de littérature. Il s’agit d’un défi lecture visant à rendre hommage à l’artiste de rue Hyuro, tragiquement emportée à Valence par une maladie à l’âge de 46 ans au mois de novembre dernier. Nous regardons ces œuvres qui j’espère ne se dégraderont pas trop vite avec le temps. Nous échangeons sur ses combats : le sort des femmes, les inégalités, les injustices… J’en viens ensuite à la sélection des 6 romans à lire visant à découvrir le regard de femmes sur le monde. Affiche_Prix_Hyuro

Table envahie

Puis, à tour de rôle, nous parlons de nos lectures récentes et recommandons les titres suivants entre deux boissons :

-          Le goéland de Jonathan Livingtson

Goeland

-          Le bonheur désespérément d’André Comte-Sponville

-          Le test de Stéphane Allix

-          Le troisième jumeau de Ken Follet

-          La formule de Dieu de JR Dos Santos

-          Vernon Subutex de Virginie Despentes

-          Une femme en contre-jour de Gaëlle Josse

-          On regrettera plus tard d’Agnès Ledig

-          La tresse de Laetitia Colombani

-          Avant toi de Jojo Moyes

Frangines

-          La vie des chaussettes orphelines de Marie Vareille

-          La commode aux tiroirs de couleurs d’Olivia Ruiz

-          Quand sort la recluse de Fred Vargas

-          La part des flammes de Gaelle Nohant

-              Frangines de Breau

-          Il faut laisser les cactus dans le placard de Francoise Kerymer

Entre deux présentations, nous sortons les petits trésors trouvés au fil des pages : photo souvenirs de vacances, petits mots doux, marque pages…

 

Marque page

 

-          Le voyage à Paimpol de Dorothee Letessier

-          Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan

-          La petite communiste qui ne souriait jamais de Lola Laffon

-          La libraire de la place aux herbes de Brigitte de Kernel

-          Les morues de Titou Lecoq

-          La forêt des Kelmyres

-          Tu mourras moins bête de Marion Montaigne

-          Le monde du fleuve de Farmwe

-          Dans le murmure des feuilles qui dansent d’Agnes Ledig

-          Une vie entre deux océans de Stedman

-          Je ferai de toi un homme heureux de Ragde

-          Arcadie de Tam

-          Tout le bleu du ciel de Melissa Da Costa

-          L’ultime secret de Christ de Dos Santos

-          A crier dans les ruines de Koszeluk

-          Rencontres ferroviaires de Desforges

Vers la fin Inès sort un gros sac, rempli de Tom-Tom et Nana. Toute une collection. 34 volumes. Je me dis que cette série colorée, drôle racontant les aventures de la famille Dubouchon traverse les générations. Clairement indémodable. On a tous au moins lu une fois dans notre vie un épisode du fameux restaurant « A la bonne fourchette ».

Tom Tom et Nana

Je note les emprunts, et pour la première fois j’écris le chiffre 46 : montant total des livres empruntés à côté de la gagnante du jour !

Bon voyage dans les livres, J

 

 

Posté par Jenbreizh à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 mai 2021

No et moi de Delphine de Vigan - chapitre 37 (le dernier !)

Lou et Lucas

Un premier baiser

Une fin heureuse

Un dénouement romantique

Une note humoristique

Une autrice dont je ne me lasserai jamais

 

Une véritable chance pour moi d’avoir analysé ce roman avec mes élèves.

Posté par Jenbreizh à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

No et moi de Delphine de Vigan - chapitre 36

chapitre 36

Le chapitre 36 nous rappelle que ce roman est bâti sur un découpage temporel rythmé par une année scolaire. Nous assistons au dernier jour du lycée. Nous remarquons au passage que Monsieur Marin reste un professeur exigeant et travailleur puisque Lou déclare : « Nous avons pris des notes sans rater un mot, même si c’est le dernier jour. »

Monsieur Marin décide d’offrir un livre à Lou. C’est un geste amical qui montre sa sympathie et sa générosité. Il lui offre ce cadeau car il sait que la lecture est importante pour Lou. Ce cadeau signifie sa reconnaissance envers son travail bien fait. C’est une manière aussi d’encourager et de féliciter l’élève qui a fait preuve de curiosité et d’efforts tout au long de l’année. Enfin, le dernier conseil administré à la fin : « ne renoncez pas » signifie « continuez de vous battre contre les inégalités sociales, défendez les plus démunis, ne vous découragez pas face aux préjugés ou aux difficultés. »

C’est donc un message d’encouragement. Le genre de phrase inspirante qui restera à jamais gravé dans la tête de l’élève assidue et sérieuse.

Posté par Jenbreizh à 19:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

No et moi de Delphine de Vigan - chapitre 35

La relation entre Lou et Lucas est apaisée. Ils se promènent ensemble. Ils partagent des moments de complicité. Dans ce chapitre nous comprenons qu’ils vont dans un hypermarché afin de rencontrer Geneviève. Lou est guidée par la volonté d’avoir des nouvelles de No, ce qui montre bien qu’elle s’inquiète du sort de son amie.

Lou est une jeune fille de caractère optimiste. Elle veut croire en un destin meilleur pour son amie. Une vie plus romantique, heureuse, stable. Ainsi, elle confie page 139 : « Je pensais que No lui avait peut-être écrit une carte, en souvenir du temps qu’elles avaient passe avec Loïc, qu’elle avait peut-être eu envie de lui dire qu’elle était là-bas, qu’elle allait mieux. »

Par l’intermédiaire de Geneviève, nous allons comprendre que les espoirs de No étaient bâtis sur des illusions puisque Loïc ne lui avait jamais écrit. La dernière phrase du chapitre 35 tombe tel un couperet. « Il n’a jamais écrit. » Une vérité qui une fois de plus laisse le lecteur sous le choc. Le départ en Irlande est une bouée à la mer, un projet dangereux, un exil vers une terre inconnue à moins que ce ne soit aussi une chance de se reconstruire loin d’un passé traumatisant ?

 

Posté par Jenbreizh à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

No et moi de Delphine de Vigan - chapitre 34

chapitre 34

Lou, à la différence de No, a une maison. Des parents qui l’aiment. Des adultes maladroits (peut-être) mais des personnes responsables, soucieux de son bien-être et de son éducation. Le retour au domicile signifie aussi une différence frappante avec No. Lou a une famille qui s’inquiète pour elle.

Cette expérience a permis à Lou de grandir. Elle a souffert. Elle a découvert la déception, l’effondrement du rêve lié à la rupture. Lou, sensible et philosophe analyse la situation en essayant de prendre du recul et en déclarant : « quelque chose venait de m’arriver qui m’avait fait grandir. »

Ce choc émotionnel va aussi lui faire prendre conscience de son amour pour sa mère. Le geste réconfortant de tendresse tant attendu et tellement espéré va finalement avoir lieu dans ce moment à la fois de crise et de retrouvailles touchantes. Je cite : « elle m’a attirée contre elle, sans un mot, elle pleurait comme je ne l’avais jamais vue pleurer ». La mère était si inquiète et terrorisée. Delphine de vigan a cette capacité à transmettre une multitude d’émotions fortes via un langage concis et des situations peu banales.  

En conclusion, bien que ce chapitre soit éprouvant, dans la douleur il y aussi une forme de tendresse et de réconfort. Le lien maternel n’est pas brisé. Il a été abimé certes, de par des incompréhensions, des disputes mais il reste plus fort que tout.

Posté par Jenbreizh à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2021

PRIX LITTÉRAIRE HYURO 2021

hyu7-768x1152

Fin mai 2021 : je vous propose de participer au prix littéraire Hyuro qui cherche tout d’abord à rendre hommage à Hyuro, artiste de rue d’origine argentine et dont la carrière fut reconnue à Valence.  Dans plusieurs villes du monde notamment Manchester, Ravenna, Madrid, Salem, Alabord ou encore Arles, Hyuro de son vrai nom Tamara Djurovic a réalisé d’immenses peintures murales visant à faire réfléchir les citoyens sur des thèmes tels que l’immigration ou encore les violences commises contre les femmes. Je passe tous les jours en vélo devant une de ses réalisations et je constate tristement qu’avec le temps son travail se dégrade.

m12-03-685x1024

Hyuro est décédée chez elle à Valence au mois de novembre 2020 suite à une leucémie et je veux lui dire que là où elle est j’admire son travail.

1622022058025

 

La sélection des six romans vous invitera à découvrir le regard de certaines femmes sur le monde :

Tout le bleu du ciel de Mélissa Da Costa      

Éditions Livre de Poche

 

Je suis Jeanne Hébuterne d’Olivia Elkaim          

Éditions Points seuil

 

Une femme en contre-jour de Gaëlle Josse

Éditions J’ai lu

 

Le voyage à Paimpol de Dorothée Letessier             

Éditions J'ai lu

 

La commode aux tiroirs de couleurs d’Olivia Ruiz

Éditions Lattès

 

Manderley for ever de Tatiana de Rosnay           

Éditions Livre de Poche

Affiche_prix_litteraire_Hyuro     

 

Pour y participer, il suffit d'avoir envie de lire pour le plaisir.  Puis votez en cliquant sur le lien suivant : https://fr.surveymonkey.com/r/KDQPLHF       

 Pour en savoir plus sur Hyuro : http://www.hyuro.es/

 

Posté par Jenbreizh à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]